InformNapalm.org (Français)

Ce n’est pas l’EI qui se cache derrière les attaques terroristes à Paris et contre l’Airbus A321 mais les services de sécurité russes

Ania Dorn, observatrice de la presse russe et étrangère au sein de la communauté internationale de volontaires InformNapalm, prépare périodiquement des analyses pour notre site. Elle partage ici sa vision de la situation autour des deux récentes attaques. Elle y explique pourquoi elle voit une trace des services de sécurité russes dans la catastrophe de l’avion Airbus A321 de Kogalymavia le 31 octobre dans la péninsule du Sinaï et les attaques terroristes en France le vendredi 13 novembre. Anna, citoyenne de la Fédération de Russie, s’est largement exprimée sur le caractère criminel de l’action de la Russie, sur la base de faits. Il est difficile de l’accuser de partialité, car ses parallèles analytiques sont éloquents.


Je ne crois pas que les attaques contre l’avion et les actes terroristes à Paris soient le fait de l’EI.

 
Sur l’avion Airbus A321 de Kogalymavia

1.    Inhabituel pour le terrorisme, des traces trop propres : on retrouve une minuterie parfaitement réglée, mais aucune trace d’explosifs. Cela ressemble à du génie militaire bien préparé dont la tâche est de cacher la possibilité d’identifier les explosifs (lorsqu’il est correctement positionné dans de tels cas, il est complètement et totalement brûlé). Les terroristes ne s’embarrassent pas détails de génie chimique et technique (et ils ne l’ont jamais fait). Les services de renseignement étranger ont exprimé ouvertement dans la presse leur suspicion sur la possibilité que la minuterie soit arrivée à bord avant que l’avion ne soit en Egypte.

2.    L’Egypte a acheté les Mistral après le refus de les vendre à la Fédération de Russie. Le refroidissement des relations avec l’Egypte est visible depuis que la « révolution d’avril » a montré ses préférences géopolitiques pour l’Occident. Mais ce sont des bagatelles, vous direz. Mais en plus de ces bagatelles, nous pouvons aussi évoquer l’élargissement du canal de Suez pour le passage de supertankers dans lequel l’Egypte s’est lancée et qui exige de gros financement. Si l’Egypte l’achève, le prix du pétrole en Europe s’effondrerait une fois pour toutes. L’attaque terroriste en Egypte dirigée contre les touristes, a détruit pour un temps les chances du tourisme, qui est la source de la moitié du revenu national pour le pays. Et quel va être désormais le financement de ces coûteux projets… Les spécialistes italiens contractuels quittent les champs d’hydrocarbures avec leur équipement coûteux unique sans lequel ce projet est impossible pour longtemps. Pour la Fédération de Russie, c’est un concurrent de moins sur le marché mondial du transit du gaz et du pétrole qui aurait ouvert un nouvel accès plus court pour le pétrole du Moyen-Orient et africain vers l’Europe.

3.    L’IS a revendiqué sa responsabilité de manière anonyme, par un appel à l’agence France-Presse. Ce n’est pas le style des terroristes. Leur messages sont généralement annoncés avec plus de « glamour ». Les commandants terroristes parlent à deux auditoires : nous et leurs troupes. Il est très important de faire preuve de crédibilité dans son environnement interne.

4.    La première information mentionnant les noms des terroristes a été le « Sunday Times », citant une source de la série « OVNI du renseignement britannique ». Nos médias ont ouvert grand les oreilles et l’ont immédiatement repris. Le « Sunday Times » a été maintes fois pris à publier des positions pro-russes. La partie britannique n’a pas confirmé l’information. La sensation, apparemment très attendue dans ce cas, ne s’est pas produite.

5.    Le comportement des autorités russes ne collait pas non plus avec l’échelle de la tragédie. On pourrait facilement la qualifier de « réaction lente et routinière ».

 
Sur les attaques terroristes à Paris, le 13 novembre

1.    À la veille du G20, il est avant tout nécessaire de comprendre qui en bénéficie en termes politiques. A regarder simplement – personne, sauf la Fédération de Russie. L’attaque terroriste à Paris permet seulement aux dirigeants russes de se faire mousser sur leur participation dans le conflit syrien et la lutte contre le terrorisme mondial.

2.    C’est aussi le cas sans ambiguïté avec les réfugiés, que l’UE défend de toutes ses forces. Les réfugiés n’ont pas intérêt à mener des attaques terroristes. Ils seraient les premiers à en souffrir. Le risque est énorme de se voir refuser le statut et d’être expulsés d’Europe.

3.    Selon des témoins oculaires, les terroristes avaient la peau claire, de type civilisé, ils parlaient bien le français, ne cherchaient pas à négocier pour les otages mais à tuer le plus de personnes que possible dans la salle. Ils étaient armés de kalachnikovs. Mais les locaux n’ont rien non plus à y gagner. C’est une sorte de déjà-vu avec une salle de concert, et l’attaque terroriste en Russie. Les Russes ont perdu le procès sur l’attentat contre le théatre Nord-Ost (2002) devant la CEDH en 2011. Maintenant ils vont lamentablement perdre le même procès sur l’attentat dans l’école de Beslan. Les Russes ont encore six mois pour se défendre, mais surtout pour mener l’enquête demandée (on leur avait donné une année pour la mener à bien) et dont elle ne veut pas. 40 familles de Beslan ont fait appel devant la Cour européenne. Il est même question d’exhumer les corps de leurs enfants dans le but de prouver la culpabilité des autorités russes devant le tribunal. Et il finalement le message est clair: « dites, vous les Européens, vous semblez aussi très doués dans le choix des moyens pour les opérations contre les terroristes preneurs d’otages. Vous avez compté les victimes ? Alors levez un peu le pied et soyez moins empressés à nous envoyer devant la justice internationale… »

4.    L’attaquant a crié: « Tout cela est la faute de votre président! » – Pardonnez le cynisme, mais c’est du spectacle. Autant que je sache, jamais nulle part ailleurs on a entendu crier durant l’exécution d’actes de terrorisme. C’est le premier point. Deuxièmement : rappelez-moi (je peux me tromper ici) quand ont été utilisées des ceintures de kamikazes dans des attaques terroristes en Europe ? En Russie, elles ont été utilisées.

5.    Les discours de Kadyrov rêvant de représailles après l’attentat contre « Charlie Hebdo » sont dans les mémoires. Et je ne doute personnellement pas du châtiment auquel il pense.

6.    Un complice des terroristes parisien a été arrêté en Bavière, un Monténégrin à destination de Paris. Le Monténégro, partie de l’ex-Yougoslavie, où le KGB opérait pendant de nombreuses années.

7.    Je dois, en plus de tous les calculs sur les capacités physiques (de transport) de contrebande de ce grand nombre de réfugiés en quelques mois, parler d’une vidéo de l’arrivée d’un énorme navire avec un grand groupe de réfugiés dans des bateaux en caoutchouc cette été (trouvé sur une source ouverte). L’arrivée est filmés depuis le pont supérieur. Les réfugiés ont des rations. On entend des discussions. Une voix parle en arabe, l’autre en russe. Et je soupçonne très fortement la Fédération de Russie d’avoir un lien direct avec l’afflux de réfugiés. Pour moi, cela pourrait bien être une tentative de déstabilisation politique de l’Union européenne, ce qui profite davantage au Kremlin qu’à quiconque autre.

8.    Comme dans le cas de l’avion, l’IS a revendiqué la responsabilité, de nouveau via une source anonyme, italienne cette fois. Encore une fois – ce n’est pas le style des terroristes.

9.    Les autorités russes n’ont pas tardé à exprimer leur sympathie et à offrir leur assistance à la France. Il semble étrange que 220 de ses citoyens meurent et la première publication a lieu seulement 3 heures après l’accident, à 10h11 (le président s’adressera à la nation beaucoup plus tard) mais il exprime sa douleur au peuple français encore au milieu de la nuit, immédiatement après Obama, 40-50 minutes après l’attaque. Vous ne ressentez pas une dissonance ? Moi, si. J’y vois une mauvaise opération de RP à quelques jours du G20.

Postface

Au nom du principe que l’erreur est possible, j’évoque la possibilité que ce qui se passe puisse être le jeu d’un service de contre-renseignement étranger. Mais intuitivement pour moi, je n’y crois pas… Je dessine toujours sur mes feuilles des carrés, cercles, flèches, je fais des liens sous la forme d’un schéma avec toutes les parties. Et tout le temps la flèche termine en montrant dans la direction de l’avantage qu’en tire la Russie, plus que tous les autres.   Et comme une personne qui ne croit pas aux miracles, mais en la politique, la logique, l’économie, le droit et la géopolitique (et loin de l’émotion et de la morale), je reste tout le temps avec la même question : tant de circonstances peuvent-elles être une coïncidence ? Elles sont tellement nombreuses que je n’arrive pas à croire que ce n’était pas organisé. Mais je serais heureuse de me tromper. Je suis très mal à l’aise avec cette image récurrente que je vois. Mais je ne vois rien d’autre sur ma feuille… Et croyez-moi, je ne concentre pas sur une seule hypothèse. Sur l’attentat terroriste à Paris, j’ai écrit en particulier des points sans rapport avec notre modèle (le meurtre du djihadiste John, l’arrestation de son complice en Turquie, les opérations anti-terroristes en France, la veille d’une grande conférence, etc.) mais ils ne sont rien en termes de bénéfices globaux face au fait que l’attaque a eu lieu à la veille du G20 et toutes les alternatives sont renvoyées au second plan.

 
Addendum de la rédaction :
Immédiatement après les attaques terroristes en France, Sergueï Markov, ancien député de la Fédération de Russie et proche de Vladimir Poutine, membre de la Chambre civique (Общественная палата) a fait ses propositions extravagantes pour résoudre la situation : « 1. Améliorer immédiatement la sécurité à Moscou. 2. La Russie, les États-Unis et la France doivent doit écraser l’IS en Syrie, en Irak et en Libye. 3. Il est urgent de mettre fin au conflit entre la Russie et l’Occident sur l’Ukraine. Le junte doit céder la place à un gouvernement technique, modifier la Constitution, éliminer les néo-nazis et tenir de nouvelles élections libres. La junte de Kiev est l’un des principaux obstacles à la lutte conjointe des États-Unis, de l’Union européenne et de la Russie contre les terroristes », voilà ce que Markov a écrit sur sa page sur Facebook.

La Russie ne cache pas ses efforts pour imposer pratiquement son alliance avec l’UE et les États-Unis et pour obtenir la levée des sanctions et une solution à la « question ukrainienne » en Crimée et dans le Donbass, suivi du passage de l’Ukraine sous son contrôle total. Partout où cela est possible, il faut attirer l’attention et « forcer les rassemblements d’amitié ».

Quitter la version mobile