- InformNapalm.org (Français) - https://informnapalm.org/fr -

Un colonel du 247e Régiment aéroporté des forces armées russes au service des terroristes de la LNR

Des militaires du 247e Régiment aéroporté, des officiers supérieurs et de simples soldats, sont impliqués dans la participation aux activités terroristes et la mise en œuvre des ordres criminels du commandement militaire supérieur de la Fédération de Russie sur le territoire de l’Ukraine.

Nous avons fait cette conclusion après l’analyse des données obtenues à la suite des recherches des  renseignements dans des sources ouvertes (OSINT), ainsi que sur la base des enregistrements des conversations téléphoniques et des données transmises à InformNapalm par le SBU. Cette publication c’est le résultat d’un travail complexe réalisé par les bénévoles, les cyber-activistes et le Service de sécurité.

La Communauté InformNapalm a fourni à plusieurs reprises les preuves de la participation des militaires du 247e Régiment aéroporté [1] dans cette guerre non déclarée contre l’ Ukraine. Les militaires de ce régiment se sont récemment fait remarquer en Crimée annexée [2], et nous avons déjà signalé leur présence dans le Donbass [3], sur les territoires contrôlés par les pro-russes. Certains officiers ont fait déjà l’objet de nos enquêtes, comme ce fut le cas du colonel Roman Youvakov [4], l’ancien commandant du bataillon. Il a été repéré suite à un pot-de-vin qu’il avait reçu. Congédié, puis, ensuite, rétabli dans sa fonction, à cause de sa participation dans la guerre dans le Donbass.

Les documents présentés par le Service de sécurité de l’Ukraine, contiennent de nouvelles données sur l’implication du personnel militaire russe en tant que gestionnaires, consultants, conseillers au sein des groupes terroristes des DNR et LNR.

Note concernant l’objet de notre enquête

Depuis octobre 2014 le citoyen russe, Erchov Stanislav, participe comme conseiller et comme adjoint du commandant du 6e régiment motorisé des fusiliers de Cosaques  portant le nom de Platov de la LNR . Il est né le 07/10/1970 en Russie, où il réside. Son numéro personnel : U564661. Il a participé à la campagne de Tchétchénie. Il est en grade de colonel.

[5]

Le dernier poste occupé par Erchov, avant d’être envoyé dans le Donbass, c’est le commandant du 2ème bataillon du 247e Régiment aéroporté (l’unité militaire 54801 de Stavropol ). Ce régiment fait partie de la 7e Division de montagne de Novorossiysk. En 2013, toujours à ce poste, Erchov a participé au reportage « L’étendard de la victoire » consacré au 247e Régiment, qui reçoit à cette époque le nom du « régiment de garde » (la vidéo ) [6]

Avant, le colonel Erchov a fait son apparition dans le reportage consacré à la Fête des troupes aéroportées intitulé  « Ces gars ne manqueront pas à l’appel » [7] . L’article a été publié le 02/08/2006 dans le journal « Stavropolskaya Pravda » et sa version internet.

Erchov a donné son premier interview en tant que militaire de la 21e Brigade aéroportée, en grade de capitaine, sur la chaîne NTV, à l’occasion des événements du 1995 à Grozniy, auxquels il a participé. (la vidéo [8]).

Depuis le début de la phase active de l’ATO (Opération Anti-terroriste ) dans l’Est de l’Ukraine, le colonel Erchov des Forces armées russes a participé à l’activité de la république fantoche » LNR ».

Apparemment,  la Fédération de Russie travaille sur le mécanisme de la signature des contrats pour faire effectuer une « mission » en Ukraine par les réservistes qui ont de l’expérience du travail aux postes de haut commandement.

Nous avons pu prouver que l’embauche d’Erchov en tant qu’ adjoint du commandant à la LNR s’est fait par intermédiaire du Service de gestion des réservistes de la Région militaire du Sud. Il a été embauché comme l’officier en chef, ce que confirme la conversation téléphonique d’Erchov avec son ancien collègue, un dénommé Roman qui, à son tour, a reçu une convocation pour se rendre en « mission » dans la partie de la région de Donetsk sous le contrôle des pro-russes.

Note : nous avons copié tous les fichiers audio et les fichiers partiellement déchiffrés, proposés dans cette publication, ensemble en un seul fichier pour les stocker chez un hébergeur et les étudier en détail. La transcription complète sera publiée plus tard – restez connectés !

« Klen » c’est le surnom d’Erchov dans le Donbass. Voici une partie de la transcription de l’entretien fait depuis son numéro de téléphone +380669025254 où Ershov répond à l’ interlocuteur qui se prénomme Roman ( «Ramsès») 79203832171.

Klen : On t’a dit où tu vas être envoyé ?

Roman : Non, on ne m’a pas dit. Je vais maintenant te lire: « L’officier supérieur de la 7e formation de l’unité de gestion des militaires de la réserve des troupes motorisées, de la région militaire du Sud. »

Klen :  de la 7ème formation ? C’est pas chez nous. Nous sommes le troisième formation, à mon avis. La septième formation de troupes des fusiliers motorisés?  Non, nous ne sommes pas la septième, nous c’est la troisième. Tu es probablement à la DNR…  En bref, les Roman, ici, l’on dispatche les gens.

Snezhnovsky (?) Il est reparti. Moi, personnellement, je suis resté ici, je crains qu’on ne m’envoie pas ailleurs. En bref, prends :  camouflage, quelques clés USB. Transfère la dessus tous les programmes, cours de tir – ah, bon tu as déjà ça. La liste des tâches pour une unité, un peloton. Toutes les copies des déclarations, le journal de formation de combat du peloton, de la compagnie, du bataillon, du régiment. Même les documents que tu utilises, l’ensemble du matériel pédagogique sur le BMD (véhicule du transport des troupes, ndt ) est nécessaire.

En réalité, nous sommes en train de les former, et ils ne veulent pas apprendre. Ce serait bien si tu venais chez nous, mais je sais juste que nous avons tous les commandants de bataillon sur place. La situation est maintenant plus ou moins revenue à la normale, comme si la guerre s’est terminée après Debaltsevo, les gens s’emm**dent,  le banditisme commence à nouveau. Tout le monde attend comme un coup de sifflet.  Voilà, l’ Ukraine, doit attaquer, et nous devons répondre, et botter des culs … La situation est telle que les gens d’ici sont de nombreux détenus, de nombreux prisonniers en fuite en provenance de la Russie. Tu auras une si  grande expérience avec ce genre d’individus,  tu va pas en revenir. Bref, beaucoup ne tiennent pas le coup. Rouzik (Rouzinskiy ) de la 2ème brigade, cet abruti, a tout gâché avec la deuxième brigade, et maintenant nous devons l’aider à mener à bien la formation. Il sera le chef d’état-major de notre corps, je ne sais pas comment nous allons faire.

Puis Klen dit qu’en hiver, un conseiller a été blessé à la jambe, il y a eu des meurtres, des suicides, donc, c’est pas facile moralement.

« Roman » a demandé à préciser quelles affaires prendre.

Klen : ne ramène rien de neuf. Mieux encore, prends de l’ancien modèle. L’uniforme, la veste d’hiver, tu les recevras là où tu seras affecté. Emmène une veste tactique, pour ne pas acheter ici. Pour moi, les bandits m’ont tout trouvé et veste tactique et arme, tout est cadeau, pris de force. Et j’ai un UAZ « Hunter » (véhicule, ndt ) qui est aussi récupéré de force. Roman, tout va bien. Ce serait bien si tu venais ici.. C’est pour quand ? Quand tu pars ?

Roman:  Je ne sais pas. Mes papiers ont été envoyés à Moscou. J’attends que l’ordre arrive.

Klen : Pour un poste du commandant de bataillon?

Roman: Le commandant du régiment a dit oui, le commandant du bataillon, un officier supérieur de quelque sorte. C’est quoi, ce poste ?

Klen : Moi aussi, je suis chef du département .En Russie ,ça s’appelle ainsi, mais ici tu es l’adjoint du commandant du régiment ou chef du service. Mais le plus probable, c’est que tu ne seras pas chez nous.

Roman: Et il y a une grande distance entre les uns et les autres?

Klen : Je ne peux pas te dire par téléphone. Eh bien, il y a deux services, en DNR et en LNR.

Erchov a noté que les exigences sont ici très élevées. « Nos forces aéroportées ne sont rien.  On est nombreux ici. Mon remplaçant viendra en octobre ».

Avant qu’ Erchov parte dans l’Est de l’Ukraine, il fallait, spécialement pour lui,  créer un nouveau personnage, qui se nommait Klenov et était originaire d’ Altchevsk dans la région de Louhansk, où dans le passé, il était entrepreneur et vendait les produits ménagers.D’après cette légende, il s’est choisi le surnom « Klen ».

La pratique consistant à créer une nouvelle histoire de vie est utilisée pour tous les officiers et généraux de l’armée russe participant à des opérations de combat sur le territoire d’autres pays, pour cacher la présence des militaires russes et les faire échapper à la responsabilité pénale éventuelle. Si nécessaire, l’histoire de couverture peut être modifiée. Ainsi, en mai 2016, Klen, probablement à cause de la nostalgie pour le romantisme de son service de parachutiste, a obtenu de nouveaux papiers au nom de Vorόntsev, mais il a gardé son surnom d’avant.

La participation d’Erchov au sein des forces terroristes de la LNR est confirmée par les conversations téléphoniques, interceptées par le Service de Sécurité d’Ukraine. Ces échanges ont eu lieu  entre lui et une ancienne collègue du service des finances en Russie. Dans la conversation, Erchov réclamait une prime..

( Klen appelait de son numéro 380,669,025,254 une femme nommée Natalia Petrovna, au numéro 79153081843).

Klen : C’est votre ancien client à l’appareil. Une fois, vous m’aviez bien aidées, quand je faisais mon service à Kostroma. C’était, il y a deux ans. J’ai eu des problèmes. Je m’appelle Stanislav Edouardovitch Erchov.

Nathalia Petrovna: Je me souviens, je me souviens. Oui, oui, oui.

Klen : Maintenant, mon nom c’est Klenov. Natalia Petrovna, d’après le numéro qui s’affiche vous comprendrez où je suis. Je suis ici depuis longtemps. Vous comprendrez, en regardant le numéro de téléphone. Je suis dans le sud-est. Je suis ici depuis longtemps tout simplement. Si vous vous rappelez, mon numéro personnel, ça s’ouvre pas chez moi.

Note de la rédaction :: après la réception des données de ce militaire, grâce aux cyber-activistes ukrainiens de  Trinity [9],. nous avons pu  récupérer les preuves des paiements déjà transférés à Erchov par le ministère russe de la Défense, ici est l’ une des déclarations du 2012 [10] . Avant le début des hostilités dans le Donbass,  Erchov avait déjà été colonel de la réserve, et il a été réintégré dans le service via les formations des réservistes de la Région militaire du Sud, comme en témoigne la note ci – dessus.

Klen veut savoir si son “augmentation de salaire pour l’effort physique » lui a été versée.

Klen:  S’il vous plaît aidez – moi, si vous le pouvez. Je suis sous un autre nom ici, sans papiers,   je fais partie d’ une mission spéciale. 

Klen dicte son numéro personnel: U564661, né le  07/10/70, Erchov …

Étant au poste d’adjoint du commandant du 6e régiment de fusiliers motorisés des cosaques portant le nom de  Platov du 2e Corps d’armée de la LNR, le conseiller russe Erchov (autrement dit. Klen) coordonne les opérations de combat contre l’armée ukrainienne en position dans le district de Popasna de la région de Luhansk. Il organise et gère la formation de combat des militants, participe à l’élaboration et à la mise en œuvre des plans de combat des groupes armés illégaux  à la préparation et  la mobilisation, il assure la formation des unités de la formation illégale des terroristes nommée  « LNR ».

Il méprise ouvertement ses subordonnés locaux, les qualifiant de « bandits » et d’ ”ordures”, bien que grâce à leurs efforts Klen a été fourni avec tout le nécessaire pour une vie confortable sur le territoire contrôlé par les agresseurs russes: logement à Stakhanov, véhicule UAZ Hunter etc. Tout cela a été pris de force  à la population locale. Il a même reçu en cadeau un appartement à Lysychansk, désormais sous contrôle des autorités ukrainiennes.

Cet officier de l’armée russe participe personnellement aux pillages des magasins, centres commerciaux, etc. Il offre le butin à ses maîtresses qu’il s’est trouvé sur son lieu de « mission », et il en envoie une partie à sa femme à Stavropol. De plus, en moins de deux ans de service à la LNR, Erchov a réussi à amasser une considérable réserve d’argent, qu’il envisage d’investir dans l’ immobilier en Russie.

Pendant son “service” à LNR, Erchov s’est trouvé un hobby : il collectionne les insignes des unités ukrainiennes, que les terroristes enlèvent des uniformes de militaires ukrainiens tués ou capturés et celles d’autres unités ukrainiennes participant à l’ ATO. Klen envoie en Russie certains éléments de sa collection comme cadeaux à ses anciens collègues.

Le contrat d’ Erchov en LNR expire le 1er octobre 2016. Par la suite, il envisage de retourner en Russie. L’une des raisons pour lesquelles il ne veut pas prolonger son séjour dans le Donbass est son dégoût pure et simple pour les gens de cette région. Erchov les traîte des «sauvages», de «troupeau», de «racaille» et leur souhaite de revenir sous le contrôle des autorités ukrainiennes pour être punis de leur manque de passion et de l’esprit de combat. En outre, il avoue avoir personnellement participé aux exécutions des habitants locaux.

(Fichier audio « (25/05/2015) + (04/07/2016) » à la disposition d’InformNapalm, Erchov (dit Klen) reçoit un appel au 380669025254 d’un ancien collègue en Russie à 79881179226). Une partie de la transcription:

« … Ils sont comme un troupeau de bétail ici. . Ils ne méritent rien de mieux que de courir avec des arcs et des flèches  . Ils ont reçu un bataillon de chars,   je leur dis: « Salauds, vous ne méritez que de monter des mules. Un coutelas est la limite de votre développement personnel. »  Ce sont tout simplement les gens les plus paumés que j’ais jamais connus. Je te le dis, ils ne se soucient de rien et même pas de cette guerre. À mon avis, nous devrions nous retirer d’ici. Et que les nazis les “plient en deux” juste pour leur faire comprendre. Ce ne sont que des bâtards, peut – être 20% d’entre eux se soucient de leur patrie, mais c’est tout. Tout le reste ne sont que des abrutis, des alcooliques, des indifférents. Ils s’en foutent totalement. Leur parler c’est comme parler à un mur de briques … Je te dis, j’en ai déjà tellement  fait couler du sang local. Je n’ai jamais autant tué en Russie, crois-moi, Ici, j’ai déjà la notoriété, ici, je peux me permettre de tuer”.

L’extrait d’un autre appel:

« … Maudits soient ces gens de la région de  Luhansk, une meute avec leur mentalité d’attardés … Toi et moi, nous sommes des gens heureux, maintenant que nous vivons dans le Caucase, et que nous n’avons pas besoin de déménager de là-bas. Je te le dis, on est mieux quelque part à Kizlyar …Bon, mon frère, prends soin de toi, passe un bonjour à Natalia. Tout va bien. Hier, un gars m’a apporté un autre chevron des UKR(ainiens), je vais te le rapporter … « 

Note complémentaire concernant le colonel Erchov sur les réseaux sociaux :

En complément d’’information sur le colonel Erchov, obtenu de SBU, les bénévoles d’InformNapalm ont trouvé sa  page sur odnoklassniki, le réseau social [11] russe pour en savoir plus sur le criminel de guerre russe. À Kostroma, Stanislav Erchov a deux enfants: son fils Daniil, 8 ans, et sa fille Katerina, 17 ans. Le prénom de son épouse est Tatiana. Sa famille ne pouvait pas empêcher ses crimes de guerre commis en Ukraine. Erchov a abandonné ses enfants pendant 2 ans, pour consacrer sa vie  à tuer les Ukrainiens, voler et piller, sous le couvert de la propagation du « monde russe » dans le  Donbass.

En résumé :

Ainsi, et inversement à ce qui se dit dans les médias russes, concernant le “génocide des russophones “ du Donbass par la soi-disant “junte de Kiev” nous prouvons que le colonel russe, Erchov, et ses compatriotes, qui participent à l’activité des bandes terroristes des DNR/LNR dans le Donbass, ne viennent pas pour protéger ses habitants, mais exclusivement pour s’enrichir en pillant les populations locales. Les militaires russes tuent les gens, pillent et détruisent le potentiel économique du Donbass, tout comme l’infrastructure de ces territoires contrôlés temporairement par les séparatistes.

InformNapalm_logo_05 [12](CC BY 4.0) Toute reproduction de l’article nécessite un lien actif vers notre site.

Nous demandons à nos lecteurs de partager activement nos publications sur les réseaux sociaux. Une large diffusion  des enquêtes peut changer la donne. Vous pouvez également soutenir le travail de notre site Web et faire un don pour le développement du projet sur la page decrowdfunding [13]. Tous les profits sont affectés exclusivement au soutien du concept InformNapalm.org.
Ensemble, nous vaincrons !