- InformNapalm.org (Français) - https://informnapalm.org/fr -

Escalade en Crimée : les troupes aéroportées et les unités d’assaut russes transférées d’avance

Le scénario avec des terroristes en Crimée

Durant la période du 25 au 30 juillet 2016, sur le terrain d’entrainement de Proudboy dans la région de Volgograd (Russie), les unités de la Garde nationale [1], avec la participation des unités du ministère de la Défense russe, ont mené leur premières manœuvres ayant pour thème “La menace terroriste en Crimée”. Au cours des manœuvres auxquelles ont participé quelques 4 500 militaires et 500 véhicules spécialisés, les troupes aéroportées ont perfectionné les acquis de l’opération du  débarquement. Cette opération consistait à sauter avec parachute de l’avion IL-76 ou de l’hélicoptère Mi-8, ainsi qu’à combiner l’action des hélicoptères de guerre et de l’artillerie.

D’ après la légende, “les terroristes arrivés de l’étranger s’emparaient d’une localité en Crimée”. Le scénario du prétexte pour l’escalade a donc été bien rôdé dans les champs, avant de trouver sa suite logique, une semaine après, dans le Nord de la Crimée.

L’envergure et le caractère des manoeuvres témoignent plutôt d’une opération d’attaque que d’un entraînement pour neutraliser une cellule terroriste.

Comme le dirait le tristement connu acteur de la propagande russe, Dmitry Kiselyov  : “Une coïncidence ? Je ne pense pas.”

Le Retour dans le futur

Mais ce qui surprend le plus, c’est le fait qu’un grand nombre d’unités a été transféré en Crimée, sous prétexte d’exercices militaires.

Du 27 juillet au 2 août, des unités du 247e Régiment aéroporté d’assaut ont été transférés en Crimée depuis Stavropol (Russie).

[2]

Du 2 au 6 août, sur le territoire de la Crimée arrivent :

[3]

[4]

[5]

Les manœuvres dans la région de Krasnodar

En même temps, sur le territoire de la région de Krasnodar, des unités de logistique, incluant celles d’intervention rapide  ont été transférées depuis les régions de la Russie Centrale.  Ainsi, le 3 août, dans la ville de Krymsk, des unités et du matériel du 100e Régiment de la logistique sont transférés depuis la région de Moscou. Ce régiment est caractérisé par sa haute mobilité et doit assurer la livraison rapide, à n’importe quel endroit, en cas de situation d’urgence.

C’est probablement la raison, pour laquelle ces unités sont déployées sur le terrain d’aviation de Krymsk: en cas d’urgence, elles peuvent être rapidement transférées par avion  en Syrie, en Crimée, ou à n’importe quel autre secteur en crise.

[6]

En même temps, durant les 6 premiers jours d’août, dans la région de Novorossiysk, on a observé  le mouvement accru des colonnes du matériel militaire de différents types. Les habitants locaux ont constaté les colonnes de véhicules blindés et de camions, remplis de troupes aéroportées locales et celles venues d’Astrakhan, de militaires faisant partie du 727e bataillon d’infanterie de marine qui circulaient entre Anapa et Novorossiysk. Le transfert des troupes  vers le port de Novorossiysk, où se trouvent les navires du débarquement, a aussi été constaté.

Concentration des troupes en Crimée

En Crimée, depuis juillet, sur le terrain de manœuvres d’Opouk, l’entraînement pour coordonner une action conjointe entre les troupes d’assaut, d’infanterie de marine, des troupes côtières, des unités de chars, d’artillerie, des unités de communication et de logistique ont eu lieu. Pendant ces exercices, les unités de la 126e Brigade de la  défense côtière, de la 810e brigade d’infanterie de marine, du 8e Régiment d’Artillerie, du 68e Régiment du génie, des 133e, 99e et 78 Brigades de la logistique, ainsi que d’autres unités se sont exercées à attaquer et à se défendre. Sur les routes de la Crimée, une significative augmentation du trafic des véhicules militaires a été observée. Des camions, des véhicules blindés, destinés au transport des troupes, des chars sur des remorques, ainsi que des systèmes de la défense anti-aérienne côtière [7] circulaient par colonnes Au Nord de la péninsule, dans le district de Krasnoperekopskiy, d’après les témoignages des habitants, des va et vient des trains, avec des wagons remplis du matériel militaire, des colonnes de véhicules militaires, tirant des obusiers, des lance-roquettes multiples GRAD,  circulaient régulièrement.

[8]

Conclusions

Ainsi, l’information diffusée par le FSB russe, concernant “les actes terroristes commis en Crimée,  le démantèlement d’un réseau d’agents du service d’espionnage ukrainien”, n’est qu’une provocation qui s’inscrit dans la logique de l’escalade en vue d’une nouvelle agression .

Le transfert en urgence des troupes d’intervention rapide et des unités d’assaut en Crimée et dans la région de Krasnodar, depuis Mourom et la région de Moscou, en disent long sur les projets du Kremlin.  La question : qu’est ce que les unités de démineurs de Mourom vont neutraliser en Crimée, et quels bâtiments les troupes d’assaut vont aider à prendre, en Crimée, reste sans réponse.  Quelles sont les situations d’urgence que les troupes de logistique transférées de la région de Moscou vont devoir gérer depuis l’ aérodrome de Krymsk ?

Toutes les unités militaires, énumérées ci dessus,  se sont retrouvées en Crimée, quelques jours avant la mise en scène de l’arrestation des “espions” ukrainiens et l’intervention théâtrale du Président russe qui a fait allusion très claire à “une riposte appropriée”.

Même Dmitry Kiselyov n’aurait pas imaginé de telles coïncidences !

Par Dmitri Lissounov du Médiaclub du dialogue social “Evroprostranstvo”, avec la participation des bénévoles d’Inform Napalm.

[9]Toute reproduction et utilisation des données requiert un lien actif vers le site InformNapalm

Nous demandons à nos lecteurs de partager activement nos publications sur les réseaux sociaux. Une large diffusion  des enquêtes peut changer la donne. Vous pouvez également soutenir le travail de notre site Web et faire un don pour le développement du projet sur la page decrowdfunding [10]. Tous les profits sont affectés exclusivement au soutien du concept InformNapalm.org.
Ensemble, nous vaincrons !