- InformNapalm.org (Français) - https://informnapalm.org/fr -

Le journaliste biélorusse d’InformNapalm Denis Ivachine reste en détention à Minsk

Le journaliste et rédacteur en chef de l’édition biélorusse d’InformNapalm Denis Ivachine est maintenu en détention depuis quatre jours. Le 25 mars, Denis a été arrêté par les forces spéciales de la police biélorusse lors du rassemblement de la Journée de la liberté à Minsk (un jour férié non officiel en Biélorussie, la célébration de la déclaration d’indépendance du Bélarus du 25 mars 1918 durant laquelle ont traditionnellement lieu rassemblements et manifestations). Le juge du tribunal du quartier Frounze de Minsk Evgenij Pisarev a condamné Denis le 27 mars à cinq jours de prison contre toute légalité.

Avant-hier, nous avions rapporté avoir vu dans une vidéo de la manifestation (minute 3’36) un homme qui ressemble à Denis Ivachine poussé dans une camionnette de police, et qui résiste en insistant sur le fait qu’il est journaliste. La police continue en usant de violence. Plus tard, nous avons découvert que notre hypothèse était erronée : Denis portait ce jour-là une veste différente et il a été arrêté à un autre endroit. Il convient de noter qu’en dehors de Denis, d’autres journalistes et blogueurs ont été arrêtés.

Avant le procès, Denis a fait un bref commentaire dans lequel il a parlé de la tentative de falsification des protocoles de la part des employés chargés de l’application de la loi :

Après la condamnation Denis a également un fait un commentaire sur l’illégalité du jugement :

La rédaction d’InformNapalm dispose aussi d’un enregistrement audio du procès qui est actuellement en cours d’analyse et qui sera présenté à la communauté internationale.

Nous tenons à attirer l’attention des militants des droits de l’homme sur le site Web de l’Association biélorusse des journalistes (BAJ) [1] qui présente une information complète sur le sort d’autres journalistes condamnés pour leur présence lors de la manifestation de la Journée de la liberté. Beaucoup ont pris 10 ou 15 jours de prison, ce qui est un exemple extrêmement négatif de restriction de la liberté d’expression au Bélarus.