- InformNapalm.org (Français) - https://informnapalm.org/fr -

Le retrait précipité des forces du GRU à Louhansk a été ordonné pour parer à une révolte des soldats

Des informations publiées par le contre-espionnage ukrainienne ainsi que des informations parues sur des forums spécialisés, éclairent les détails du retrait précipité des combattants des forces spéciales russes de la 3e Brigade de reconnaissance du ministère de la Défense de Russie (unité N°21208 basée à Togliatti).

Ainsi, après la piteuse prestation du groupe de diversion et la capture de deux combattants du GRU, le capitaine Erofeev et le sergent Alexandrov, le 16 mai 2015 dans la région de Louhansk, l’unité a été précipitamment retirée de ses casernes temporaires en territoire occupé et renvoyée en hâte depuis l’aérodrome de Millerovo dans sa caserne permanente dans la ville de Togliatti.

Tandis que l’on estimait jusqu’à présent que ce rappel rapide était lié à la divulgation complète de l’information sur le nombre de soldats, les tâches et le site de l’unité de reconnaissance russe, les véritables raisons semblent beaucoup plus sérieuses. Elle proviennent d’informations anonymes obtenues auprès d’une source directement proche des militaires de la 3e brigade, un ancien militaire de cette brigade.

Après une analyse détaillée de l’information reçue et sa vérification, nous avons décidé de la porter à la connaissance du grand public.

Détails de la défaite ou menace de révolte

Dès l’arrivée dans la caserne de stationnement permanents des « revenants de leur mission en Ukraine », les soldats ont été cantonnés dans une caserne distincte, on leur a confisqué tous les téléphones portables et autres gadgets électroniques. Ils ont été isolés afin d’empêcher au maximum la possibilité de prendre contact avec d’autres collègues à la caserne, sans même parler du contact avec leurs parents et leurs proches. Le même jour, un groupe de représentants ministère de la Défense de Russie et des personnes en civil, est arrivé à Togliatti.

L’indignation et le mécontentement des soldats du rang, des sous-officiers et officiers est forte sur le fait que l’État, en particulier l’état-major du Ministère de la Défense de Russie, désavouent leurs camarades. Le plus gros scandale a été provoqué par la déclaration que les combattants capturés en Ukraine ont été renvoyés a posteriori, ainsi que la campagne de discrédit organisée par les autorités russes en instrumentalisant les proches et les familles.

L’état moral et psychologique critique et la division parmi les militaires de la brigade de Togliatti a inquiété à l’extrême la direction des troupes ainsi que des hauts fonctionnaires de l’état-major général des Forces armées de la Fédération de Russie. Ils commencèrent immédiatement à identifier les mécontents et déçus. Il y avait aussi des rumeurs d’une possible liquidation de l’unité dont les membres sont maintenant prisonniers en Ukraine.

Le mécontentement croissant parmi les soldats et les sous-officiers a forcé le commandement à présenter une autre variante beaucoup plus douce du sort futur de l’unité. Le reste des effectifs du groupe de reconnaissance sera réparti distribué à d’autres éléments de la brigade, et ceux qui veulent mettre fin à leur service militaire, auront cette possibilité sous certaines conditions (obligation de confidentialité ainsi qu’une interdiction temporaire de départ à l’étranger). Des « sanctions » sont aussi attendues envers les commandants qui ont mené les actions de reconnaissance et de diversion des groupes et des équipes sur place. Au minimum, ils sont menacés de mutation dans des endroits beaucoup moins convoités avec dégradation, et au maximum, leur élimination, en fonction de la suite des événements.

La majorité des militaires de cette brigade compris malgré leur mécontentement qu’ils sont impuissants contre le commandement supérieur et qu’ils ne peuvent faire valoir leurs droits parce que, selon la version officielle de la Fédération de Russie, il n’étaient même pas en Ukraine (même si les listes avec les noms et les ordres de mission en Ukraine existent au quartier général de la brigade). Ils sont également conscients qu’ils ont obéi à des ordres et des instructions criminels de leur commandement, en se trouvant illégalement sur le territoire d’un autre État.

Appel

Nous comptons sur les militants des droits civils et journalistes pour nous aider à éliminer ce phénomène honteux de la guerre non déclarée contre un pays voisin, qui existe dans l’opinion. Nous appelons les officiers et sergents russes à entrer en contact avec nous. Cette guerre a déjà coûté des milliers de victimes inutiles des deux côtés et peut conduire à des pertes encore plus grandes.

Si les soldats russes cessent d’exécuter les ordres criminels de leurs commandements et exigent en masse la cessation des affaires de Moscou dans le Donbass, elle peut s’achever terminée. De notre côté: les bénévoles de l’équipe InformNapalm sont prêts à entrer en contact avec les militaires russes qui veulent anonymement faire connaître au grand public les ordres criminels du Kremlin et veulent mettre fin rapidement à ce massacre absurde et insensé. Le gouvernement qui a ordonné la guerre contre l’Ukraine doit être déféré au tribunal international.

Obyava [1]

Ce texte a été préparé par Irakli Komaxidze [2] et Roman Burko [3] sur les informations d’un proche de la 3ème Brigade des forces spéciales du GRU exclusivement pour InformNapalm.

 

À lire aussi sur le même sujet :

https://informnapalm.org/fr/roso-informations-sur-le-chef-des-soldats-du-groupe-de-renseignement-captures-dans-le-donbass/ [4]

https://informnapalm.org/fr/deux-soldats-des-forces-speciales-russes-d-une-unite-du-gru-de-togliatti-captures-pres-de-chtchastia [5]

 


Article original : https://informnapalm.org/9241-speshnyj-otvod-chasty-rossyjskogo-spetsnaza-yz-luganska-svyazan-s-ugrozoj-bunta-spetsnazovets-3-j-obr-spn-gru-rf
Traduction par Marc de la Fouchardière.


 logo_inp [6]Reproduction autorisée uniquement en indiquant
le nom de l’auteur et en faisant référence à notre site www.InformNapalm.org.