- InformNapalm.org (Français) - https://informnapalm.org/fr -

Les parachutistes russes de la 31e Brigade ont participé à l’assaut du parlement de Crimée

Notre équipe vous propose encore une enquête qui prouve qu’à l’aide d’une petite mascarade avec déguisement, les parachutistes russes faisaient passer le conflit en Crimée pour une guerre civile.

Le mensonge du pouvoir russe concernant les milices d’autodéfense populaire en Crimée a été vite découvert. À peine quelques mois après l’annexion de la péninsule, les russes ont officiellement reconnu que ni l’autodéfense, ni les milices populaires n’existaient pas. Ce sont les troupes de l’armée russe sans insignes qui ont envahi la péninsule ukrainienne de Crimée.

Plus le temps passe, plus on trouve de détails de cette aventure en Crimée. Rappelez vous de ce que Guirkine-Strelkov disait à propos du suffrage en Crimée : « Les milices ont rassemblé les députés pour les faire rentrer dans une salle, pour qu’ils adoptent (la résolution) . J’étais l’un des chefs de ces milices et j’ai vu de mes propres yeux tout ce qui s’est passé à l’intérieur. ..»

En plus des « bonhommes verts », tout le monde parlait de l’autodéfense : les soi-disant anciens des forces de l’ordre ukrainiennes rejoignaient en masse ses rangs. Toutefois, ces masses d’anciens Berkout ukrainiens n’étaient rien d’autre que les militaires russes déguisés. Vous vous souvenez du parachutiste russe bien connu, Nikolaï Kozlov qui a perdu ses jambes dans le Donbass ?D’après Novaïa Gazeta [1], et conformément aux donnés du bureau de recrutement militaire de la ville d’Ozersk, Nikolaï Kozlov, 21 ans, mécanicien automobile du métier, jusqu’au juin 2013, a fait son service militaire au sein de l’unité numéro 73612 de la 31e Brigade d’Assaut.

À partir du 01 août, il y faisait son service en tant que contractuel. La Crimée est devenue sa première mission spéciale. Au début, Nikolaï, «protégeait le nouveau gouvernement, d’abord  en uniforme sans insignes, comme d’autres « gens polis », ensuite, en uniforme des Berkout. »

Aujourd’hui, la photo de Nikolaï, en uniforme de berkout ukrainien a été largement diffusée sur le web. Nombreux sont ceux qui ont émis l’hypothèse que c’étaient les parachutistes russes, en uniforme des berkout ukrainiens qui ont participé au massacre du Maïdan en février 2014.

L’oncle du parachutiste russe, Serguey Kozlov, est sûr que la photo a été prise dans le couloir du Parlement, que Nikolaï déguisé en berkout devait protéger.

Nikolaï est revenu à Oulyanovsk, décoré de la médaille « Pour le retour de la Crimée à la patrie ». Il s’est marié, et en août s’est retrouvé en Ukraine où a perdu ses jambes avant de rentrer, invalide, chez lui.

La blessure de Nikolaï a suscité des réactions tout à fait différentes au sein de sa famille. L’oncle du parachutiste, un spécialiste en hautes technologies à Moscou, a écrit ceci sur sa page Facebook : « Maintenant il est sans jambes, invalide, jusqu’à la fin de sa vie. La Crimée est à nous maintenant…»

Alors que son père, Vsevolod Kozlov a qualifié les actions de son fils d’exploit, Sergey Kozlov écrit : « Les jeunes sont stupides : ils postent des photos de partout : en Crimée, en Ukraine… »

Il est vrai qu’en fouillant les profils des parachutistes russes de la 31e Brigade d’Assaut d’Oulyanovsk, on trouve rapidement d’autres militaires russes, déguisés en Berkout ukrainiens.

Par exemple, le parachutiste russe Alexeï Ivanov. Page originale https://vk.com/id206011833 [2]et archives : https://archive.is/Cy1Pe [3]

Les archives incluant les commentaires en dessous des photos : https://archive.is/DP98y [4]

Étudions les détails : la moquette verte à l’ornement doré nous paraît familière. Nous l’avons aperçu plus d’une fois, prise par la caméra des reporters des programmes d’actualité, concernant la prise d’assaut du Parlement de Crimée et du Conseil de Ministres, d’autres événements officiels…

Le même parquet, la même moquette, les mêmes moulures au plafond, au Parlement et sur les photos.

Ainsi, toute cette mascarade des parachutistes russes d’Oulyanovsk en Crimée, déguisés en Berkout ukrainiens, n’est qu’une partie du scénario : faire croire à la guerre civile dans le pays alors que la guerre a été provoquée par la Russie. La suite du scénario se déroule actuellement dans le Donbass.

Par Anton Pavlushko [5]


Traduction par Viktoria Mait


logo_inp [6]Reproduction autorisée uniquement en indiquant
le nom de l’auteur et en faisant référence
à notre site www.InformNapalm.org.