- InformNapalm.org (Français) - https://informnapalm.org/fr -

RUSSIE, LE SPONSOR DU TERRORISME INTERNATIONAL: CAMPS DE PRÉPARATION DES TERRORISTES SUR LE TERRITOIRE RUSSE

par  Irakli Komaxidze [1]

Ces informations démontrent le fait indiscutable de l’interaction entre les terroristes (mercenaires) russes et l’armée régulière de la Russie à proximité de la frontière avec l’Ukraine. Notre article prouve que la Russie est le sponsor du terrorisme international vu que ce pays prépare les terroristes sur son territoire, leur fournit les armes et le matériel militaire et soutient les formations des bandits en leur envoyant des militaires de l’armée régulière russe en renfort.

Certaines photos, téléchargées le 21 septembre, représentent le camp militaire russe des groupes de forces d’invasion au district de Myasnikovskiy, région de Rostov, où, le matériel militaire russe est aligné avec le matériel “semi-bricolé”, soit-disant, appartenant aux terroristes. En même temps, les terroristes et les militaires russes se montrent sur les photos près de ces véhicules, sans immatriculation.

Quelques autres photos, téléchargées le 24 septembre 2014, sur lesquelles figure le fusil de précision VSS Vintorez [2]. Elles ont été prises près du village de Molkino de la région de Krasnodar, où la 10ème Brigade de spetsnaz de GRU [3] est basée.

La conclusion se fait d’elle même : les “terroristes” qu’on forme chez GRU,arrivés sur le territoire ukrainien, sont en interaction avec les forces armées régulières russes. Et, en même temps, que les dirigeants du Kremlin nient la présence des soldats russes et essayent d’imposer à la Communauté internationale l’idée qu’à Donbass il y a uniquement les rebelles, sur les réseaux sociaux, ces mêmes “rebelles” venus de tous les coins de la Russie, exposent, sans se gêner, les faits tout à fait contraires à la version officielle donnée par Moscou.

Complément d’enquête en russe :

Ces informations sont exclusivement réservées pour le site d’ Informnapalm [9]. Toute reproduction et utilisation requièrent le lien vers  Informnapalm [9] et l’auteur de l’article.

En d’autres langues :