InformNapalm.org (Français)

Le terroriste russe PoutiLIne nous présente ses employeurs

Les bénévoles de la communauté internationale InformNapalm disposent de nouvelles preuves indiquant l’implication étroite du Kremlin dans le financement et la préparation des combattants terroristes de la Novorossia pour par la suite, le transférer dans le Donbass. L’objet de notre enquête cette fois était le citoyen de Russie Vladlen Poutiline enregistré récemment dans la base de données du Centre « Myrotvorets » (Pacificateur) qui regroupe les profils des criminels internationaux. À la suite de l’analyse détaillé des pages de réseaux sociaux de Poutiline, un certain nombre de faits intéressants, qui sont étroitement liés à nos publications antérieures et qui reflètent la participation russe à une guerre non déclarée contre l’Ukraine a été découvert..

Etat civil : Vladlen Y. Poutiline, né le 31/07/1993, vit à Samara, Fédération de Russie. Il a fait son service militaire lieu en 2010/2011 dans les troupes du Génie militaire (unité militaire N°30763 de Vyatskoe sur le fleuve Amour, région de Khabarovsk). Classé comme un mercenaire russe et formateur des groupes armés illégaux de militants. Dans la période 2014/2015, il pénétré à plusieurs reprises sur le territoire de l’Ukraine. Il dispose d’une charte délivrée par des chefs de la soi-disant Novorossia (unité militaire N°08807 des forces séparatistes). Il a participé au programme « Ivolga » de la région de la Volga.

Pages sur les réseaux sociaux: https://vk.com/id18869606, https://vk.com/id191423321 , http://ok.ru/profile/541890089467, https://www.instagram.com/vladlengold/
Skype: vladlengold, vladlenruss, Téléphone: +79879277282
Archives, contacts, contacts1, Instagram
Poutiline dans le « Purgatoire » du site Myrotvorets.

De nombreuses photographies de ses albums retracent le parcours de combattant de Vladlen Poutiline dans les rangs de l’armée russo-terroriste, mais notre analyse ne reflétera que quelques diapositives :

  1. Photo d’une base de formation et d’armement des mercenaires de Novorossia dans le district de Myasnikovsky la région de Rostov. Au premier plan, on voit le pickup blindé de fortune « Datsun » en arrière-plan des véhicules blindés, des chars, le camion « MAZ » un « ZIL » et la tente de toile blanche.

Que la photo a été prise dans la région de Rostov de la Fédération de Russie ne fait aucun doute. Au début de l’automne 2014, grâce à la « fuite » en provenance d’un réserviste du GRU, les enquêteurs d’InformNapalm avaient découvert ce camp d’entraînement russe. Nos archives contiennent des photos géo localisées dans la zone du district de Myasnikovsky. Sur ces photos figurent ces mêmes « véhicules blindés » bricolés et d’autres équipements y compris les transporteurs et les chars blindés.

Voir l’article « La Russie est le sponsor du terrorisme international : les camps d’entraînement pour les mercenaires sur le territoire russe, et les forces d’invasion » datant du 27 septembre 2014.

  1. La photo de l’un des T64 en provenance des dépôts d’armes et de l’équipement des forces armées de la Russie faisant partie de la série « Pour le Donbass » et « cosaque », que la Russie transférait par dizaines en Ukraine, via la région de Rostov.

Selon la chronologie et l’ordre des téléchargements des diapositives (qui ont été téléchargées 6 mois après les événements), le char est photographié au moment de son transfert par des Forces armées de la Russie aux rebelles de la Novorossia, cette armée à la solde du régime du Kremlin. L’inscription « Pour le Donbass » est visible sur le côté droit et l’inscription « LNR » (RPL) se lit sur la partie frontale. Encore une fois, les archives d’InformNapalm nous rendent service. Le fait que cette photo a été prise dans la région de Rostov de la Fédération de Russie est évident. Encore en Août 2014, nous avons suivi le processus du transfert de masse d’armes russes obsolètes et des véhicules blindés pour les besoins des terroristes des RPD/RPL. Le rodage de ces engins a eu lieu à la frontière avec l’Ukraine, dans les camps de la région de Rostov. Nous avons gardé la photo du supposé «T64 », prise du flanc gauche du véhicule, sur lequel est fixé l’inscription « Pour le Donbass », bien en face de l’inscription « LNR » , le même fanion rouge sur l’antenne et le numéro « 22 » sur le phare (qui, sur la première photo, est déjà recouvert par la peinture verte).

Voir notre article « Le transfert, ou Spécialistes du profil large » daté du 17 Octobre 2014.

  1. Enfin, une photo des campagnes, sur laquelle notre personnage pose près des d’hélicoptères militaires « Ka52 » tenant un kalachnikov avec un silencieux.

Encore une fois, retour aux archives d’ InformNapalm. Il n’y a aucun doute que cette photo avec des hélicoptères Ka52 a été prise dans la région de Rostov de la Fédération de Russie. En Septembre 2014, dans la région de Troïtskoyé, grâce à la « fuite » venant d’un soldat de la Brigade 346e du GRU, nous avons découvert des hélicoptères de combat de ce type, en service dans un camp de campagne, comme en témoignent les photos de l’archive.

Voir notre article « Les hélicoptères de combat russes Ka52 Alligator à la frontière de l’Ukraine » en date du 19 Septembre 2014.

De curieuses révélations sont faites par Poutiline, en dessous d’une caricature de Poutine, le 20 août 2015:

« Nous avions 5 canons automoteurs Malka, 75 systèmes antichar Cornet, un demi-stock de munitions. Quelques dizaines de T90 tout neufs ainsi que des missiles Smertch, des NonaC, une division de Grad, un Kamaz rempli de missiles sol-air de courte portée et de lance-grenades RPG32. Je ne dis pas que ça suffit pour éliminer les Ukrops, mais si l’on a commencé à fournir des milices en des armes, il est difficile de s’arrêter. La seule chose qui me fait peur c’est l’aviation. Personne dans ce monde n’est plus irresponsable et dépravé qu’un insurgé qui s’empare de la manette d’un hélicoptère de combat. Je savais que tôt ou tard, nous commencerions à leur livrer ce genre de saloperies. »

Tout est évident et il n’y a pas besoin de faire un résumé. Ces faits se rapportent à 2014, mais cela ne signifie pas que la Russie a renoncé à ses mauvaises intentions, Nous en reparlerons dans une prochaine publication.

Cette publication a été préparée sur la base de notre enquête OSINT, avec la participation des investigateurs du site Myrotvorets.

Par Irakli Komakhidze.

 


Reproduction autorisée uniquement en indiquant le nom de l’auteur et en faisant référence à notre site www.InformNapalm.org.

Licence CC BY

Quitter la version mobile