- InformNapalm.org (Français) - https://informnapalm.org/fr -

Tribunal de La Haye : les déclarations russes sur les armes dans les mines du Donbass ne tiennent pas face à la base de données OSINT

Hier, 7 mars, le représentant russe à l’audience sur la plainte de l’Ukraine devant la Cour internationale de Justice de La Haye, Ilya Rogatchev, a déclaré que la principale source des armes dont disposent les « insurgés » étaient des stocks de l’époque soviétique qui se trouvaient sur le territoire de l’Ukraine. Sur ce, il a refusé de commenter les éléments de preuve sur l’utilisation par les combattants de types d’armes et de matériels russes modernes jamais livrés Ukraine.

Les bénévoles de la communauté internationale du renseignement InformNapalm ont suivi de près les discours des représentants de la Russie et ont alimenté un flux twitter pour contredire les fausses allégations de Moscou. Plus tôt, InformNapalm avait fourni un rapport [1] et une présentation vidéo [2] (tous deux en anglais) illustrant l’utilisation de plus de 30 types d’armes russes repérées dans la partie occupée du Donbass.

Ces documents et d’autres ont déjà été présentés avec succès par la délégation ukrainienne à la session d’automne de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe [3], ainsi que l’Assemblée parlementaire de l’OTAN [4].

La plupart des équipements visés dans le rapport sont de relativement nouvelles versions entrées en service dans Forces armées russes entre 2004 et 2015. Ces équipements militaires ne sont pas produits en Ukraine, la plupart d’entre eux n’ont jamais été importés par l’Ukraine, de sorte qu’il ne peut pas s’agir de trophées de guerre pris à l’ennemi. Il est à noter que la gestion et l’entretien du matériel militaire moderne exige l’implication de personnel qualifié, concrètement du personnel de l’armée russe.

Par ailleurs, la base de données d’InformNapalm qui identifie les types de données d’armes russes dans le Donbass est complétée et mise à jour en permanence. Si elle contenait 33 types de matériel militaire russe en octobre 2016, la version actuelle de la base de données [5], mise à jour à la fin janvier 2017, en répertorie désormais 41.

Ce ne sont pas que des chiffres : ils sont étayés par des enquêtes détaillées d’InformNapalm sur des sources libres d’accès, avec des photos et des vidéos. Ces circonstances suggèrent que la Fédération de Russie fournit systématiquement, et continue de fournir, de l’équipement militaire moderne aux forces anti-gouvernementales et à ses soldats dans le Donbass.

Par conséquent, pour revenir aux déclarations russes à La Haye, elles ne sont pas une surprise pour nous. Les thèses exprimées par le secrétaire du président russe Dimitri Peskov à la presse en février 2017 sur les « vieux chars » se fracassent facilement [6] (en russe ou anglais) sur les références dans les matériaux que nous avons collectés.
Toutes les données que nous présentons sont mises à la disposition du public traduit dans de nombreuses langues étrangères, et distribuées régulièrement aux Ambassades d’Ukraine dans les différents pays du monde. Mais cela ne suffit pas à mettre une forte pression politique et diplomatique sur la Fédération de Russie. Dans ce cas, une large résonance médiatique est une réponse beaucoup plus efficace et nous encourageons les journalistes à utiliser les informations collectées par nous et de rappeler plus souvent à la Russie qu’elle ne réussira plus à se cacher derrière de fausses déclarations. La Haye a déjà ouvert la porte et attend patiemment d’atteindre le point culminant.

Roman Burko [7], spécialement pour InformNapalm.